ZLECA & ECO : LA POSITION SÉNÉGALAISE

news-details
JURY DU DIMANCHE

Le Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) portant sur le lancement de la Zone de libre échange continentale africaine (ZLECA) se tient aujourd’hui, dimanche 07 juillet à Niamey, au Niger, en présence du président Macky Sall, qui a quitté Dakar, hier samedi 6 juillet. Il s’agit de l’accord instituant la ZLECA signé le 21 mars 2018 à Kigali par 44 pays, dont le Sénégal, en même temps que portant respectivement sur le commerce des marchandises, le commerce des services et le règlement des différends. Aujourd’hui, après le Nigéria, le Bénin va acter son adhésion. Un marché d’un (1) milliard deux-cents (200) millions de consommateurs.

Invité du Jury du dimanche (JDD), une émission de Mamoudou Ibra Kane, Mamadou Fall Kane, le Secrétaire permanent adjoint du Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (Cos-petrogaz) et ancien conseiller économique et financier du président Macky Sall, salue « l’avancée dans l’édification d’une œuvre chantée par les pères de l’indépendance africaine. Je pense aux chantres comme Kwame Nkrumah, Léopold Sédar Senghor, Cheikh Anta Diop. Et il faut faire la translation entre ce grand pas avec le traité de Rome de 1957 qui a posé les bases d’un marché commun européen. De 1957 à maintenant, il y a eu beaucoup d’avancées en matière d’intégration économique, d’élargissement de la zone de libre échange et donc, il faut savoir que c’est un grand pas, c’est très important que nos leaders politiques d’aujourd’hui aient pu mettre en œuvre ces grands rêves des pères fondateurs et c’est une bonne chose pour consolider le marché commun. »

En Afrique, rappelle-t-il, « il y a beaucoup d’espace de libre-échange, vous avez l’espace UEMOA, CEDEAO et aller vers une intégration, sortir de l’étroitesse de nos marchés héritée de la balkanisation du continent montre que l’Afrique est en train de se prendre en charge. »

Les avantages pour le Sénégal

« Ce sera une bonne chose pour nos entreprises et notre secteur privé national parce qu’ils vont avoir un gain de compétitivité. Ils ne seront plus limités dans un marché de quelques millions d’habitants comme le Sénégal, ils pourront développer leur projet, vendre leurs biens et leurs services à travers le continent. Donc, là, ils vont réfléchir à une taille de marché d’1,2 milliards (d’habitants) ».

F CFA versus ECO

Si l’opérationnalisation de la ZLECA est prévue en juillet 2020, entre temps, il y aura dans l’espace de la CEDEAO, la monnaie unique, ECO, en 2020. Sur ce point, lance Fall Kane : « S’il faut envisager un cadre d’espace monétaire plus large qui préserve le bien-être des Sénégalais et la stabilité de notre économie, le Sénégal ne dirait pas non (à l’ECO) mais pour l’instant le Sénégal est dans le cadre de la zone CFA, il y a les discussions qui se feront par les techniciens, laissons-les faire leur travail », indique-t-il.

Non sans relever qu’ « il y a des préalables sur les critères de convergence des économies. On n’a pas les mêmes structures économiques, les mêmes tailles, les mêmes contraintes. Le plus important, dans la poursuite d’objectifs de cibles politiques monétaires, c’est la stabilité des prix. Vous avez quatre (4) types d’objectifs dans la poursuite d’une politique monétaire : L’inflation, la stabilité du taux de change (on a une monnaie ancrée dans l’euro qui nous assure cela), la stabilité de production (aujourd’hui (l’arrimage à l’euro) nous permet de faire face aux chocs extérieurs. Nous l’avons vu récemment, lors de la flambée des prix des matières premières, la zone n’a pas été touchée). La stabilité financière (en cela, il y a une surveillance multilatérale qui se passe très bien en coopération avec le FMI dans le cadre d’instrument de soutien à la politique économique qui nous permet de nous prémunir des crises systémiques). Après, il faudra travailler sur les conditions de convergence des pays hors zone CFA et les pays CFA. »

Vous pouvez réagir à cet article